PARTAGER

Source: la1ere.francetvinfo.fr/

https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2019/05/15/7261b963-d885-4545-b363-3e56f9213595-1082489.jpeg?itok=VTic3ZTM
© Jocelyne Helgouach

© Jocelyne Helgouach

Ils sont partis de leur lycée à l’avenue Voltaire à Cayenne pour se rendre au domicile de la mère de Jonathan De Leon tragiquement disparu le 13 mai non loin de chez lui afin de présenter leurs condoléances. La tristesse marque les visages de ces lycéens révoltés par cette violence gratuite qui leur fait perdre un camarade.
Un ami proche témoigne de sa peine tout en marchant :

“C’était pour honorer notre ami. Il comptait beaucoup pour moi… il était toujours là pour moi, ça me touche au coeur. Il avait des projets des rêves sur la musique. Il m’avait toujours dit qu’avec ça, il allait aider sa mère. Son rêve était de passer ce qu’il avait vécu parce qu’il a grandi sans son père… Toutes mes condoléances à sa mère…”

Les élèves rassemblés devant le domicile de la mère de Jonathan © Jocelyne Helgoualch

© Jocelyne Helgoualch Les élèves rassemblés devant le domicile de la mère de Jonathan

Il était fils unique et c’est une peine incommensurable qu’a exprimé sa mère aux camarades de Jonathan à leur arrivée chez elle.
Inès Moronta, présidente de l’association franco dominicaine de Guyane rappelle :

“Les deux familles sont issues de la communauté dominicaine mais c’est un drame qui touche toute la population parce qu’en Guyane, il faut voir la violence qu’il y a… la violence est partout… on est vraiment triste, ce sont des familles dominicaines et ce sont des enfants.” 

Le meurtrier de Jonathan, Wilmer, est âgé de17 ans et ils étaient amis.

Le reportage de Guyane la 1ère

La marche blanche pour Jonathan De Leon

[embedded content]